accueil.gif (2018 octets)

 

Conodontes - premiers vertébrés connus ?

Galerie de Conodontes

 

Les Conodontes, sont connus depuis 1856, décrit pour la première fois par Pander.

Ce sont de petits éléments denticulés, de phosphates de calcium connus depuis le Paléozoïque du Cambrien
au Permien et durant la première période de l'Ère Mésozoïque, le Trias, ensuite ils disparaissent.

Jusqu'en 1983, date à laquelle une redécouverte, fut effectuée, leur classification posa d'énormes
problèmes, et continue d'en poser quelques-uns, suivant l'interprétation et les auteurs.

Antérieurement à 1983, les restes de Conodontes (voir reconstitution) étaient généralement attribués à la mâchoire d'annélides ou assimilés.

Désormais on pense qu'il s'agit en fait de restes dentaires (microscopiques) d'ancêtres des Vertébrés, 
que l'on nomme les Chordés.

La redécouverte dans les collections du musée d'Édimbourg (Écosse), d'un spécimen trouvé en 1925, à 
corps mou, provenant de Granton près d'Édimbourg, permit donc de les attribuer aux ancêtres des
Vertébrés.


On les attribue désormais aux ancêtres de Chordés, les seuls descendants que l'on connaisse de nos jours
sont les Amphioxus, ils vivent dans les eaux peu profondes de Californie.

Ces animaux possèdent une corde, qui parcourt le corps de l'animal, elle fait office de colonne vertébrale primitive, elle n'est pas ossifiée, comme chez les Vertébrés modernes.

Les Conodontes étant très répandus dans les terrains de l'Ère Paléozoïque servent de marqueurs stratigraphiques, c'est à dire qu'ils permettent de dater précisément les terrains géologiques dans
lesquels ils se situent.

La taille des Conodontes reste cependant microscopique et peu de chercheurs s'y intéressent du point de
vue paléontologique, ils sont cependant fort intéressant surtout dans l'étude de l'émergence des premiers vertébrés que l'on croyaient plus récente dans l'histoire de la Terre.

Ces fossiles sont translucides ou opaques, noirs ou de couleur ambrée, dont la taille avoisine 1 mm.

Leur densité est élevée : 2,8 à 3,1 et ils sont à 83 % constitués de phosphates de calcium cristallisé
en francolite au sein d'une trame de matières organiques.

La francolite est une carbonate-apatite fluorée répondant à la formule suivante :

CA5NA0.14(P04)3.01(CO3)0.16F0.73(H2O)0.85

 

On classe généralement les Conodontes en trois types morphologiques principaux de Conodontes
(voir ci-dessous) :

 

panderodus_ordovicien_sup.gif (36130 octets)

hindeodella_cawdorensis_carbonifere_inf.gif (41309 octets)

palmatolepis_subperlobat_devonien_sup.gif (36986 octets)

Coniformes

Ramiformes

Pectiniformes

Les Conodontes se rencontrent dans des faciès marins relativement littoraux (sables et grès glauconieux) ou plus profonds (calcaires fins plus ou moins dolomitiques, schistes noirs, phosphorites, cherts) en compagnie de Radiolaires, de Graptolithes, et de fragments de Poissons.

Ils sont absents ou rares dans les faciès récifaux et dans ceux renfermant des Fusilinidés, des Crinoïdes, des Brachiopodes et des Algues calcaires.

D'une manière générale, ils sont d'autant plus abondants dans une roche que son taux de sédimentation a été faible.

Le nombre d'individus présents dans un kilogramme de roche est en moyenne d'une dizaine.

Il peut exceptionnellement atteindre plusieurs milliers.

Leur répartition paléogéographique est vaste. Ils sont connus en Europe occidentale, autour de la Méditerranéenne, au Sahara, aux Indes, en Chine, en Australie et en Amérique du Nord.

La localisation de certains genres (Icriodus, Cavusgnathus) dans des faciès littoraux, la présence simultanée de ceux-ci avec d'autres (Palmatolepis, Amorphognathus, Ancyrodella, Ancyrognathus) dans des faciès profonds ont été interprétées comme résultant de la stratification d'organismes planctoniques ou nectoniques, les uns d'eaux superficielles, les autres d'eaux profondes.   

Assemblages de Conodontes

 

Bibliographie succincte des Conodontes :

Principes de Paléontologie, par Claude Babin, éditions Armand Colin

Les micro fossiles, par G. Bignot, éditions Dunod Université

Conodonts in R.C Moore : Treatise on Invertebrate paleontology. Univ Kansas, Press, part W. Miscellanea, p. W3

Lindström M. (1964) : Conodonts, Amesterdam, Elsevier, 196 pages.