Les Proboscidiens (éléphants)

phylogénie = (taille du fichier : PDF de 1,16 Méga-octects)

 

Informations diverses

dentition éléphants Mammouths  Gisements

 

Lorsque l'on évoque les Proboscidiens, les éléphants actuels sont les plus souvent rappelés à notre mémoire.

Cependant avant d'atteindre le degré d'évolution que l'on connaît chez eux, des dizaines de millions d'années d'évolution ont étés nécessaire.

Ce groupe des Proboscidiens est apparu en l'état actuel de nos connaissances, il y a 58 Millions d'années (période de l'Éocène inférieur) en Afrique du Nord, où les restes de Phosphatherium escuillei ont étés découvert en 1996, dans les exploitations de Phosphates du nord Marocain.

Bien que de nombreux caractères le prouve, extérieurement cet animal ne ressemblait pas beaucoup à nos éléphants actuels, il était petit et pesait environ 15 kilos.

Malgré ce manque de ressemblance, tous les Proboscidiens (environ 160 espèces connues) en descendent,  pour aboutir aux deux espèces connues et survivantes à notre époque :

l'éléphant d'Afrique   : Loxodonta africana

Différences notables entre les deux espèces d'éléphants Africaine et Asiatique :

1) Oreille plus volumineuse pour l'espèce d'Afrique
2) Défense plus grande pour l'espèce d'Afrique
3) Doigt de la trompe différent
4) Les dents de l'espèce africaine présentent des lames en forme de losange alors que l'espèce asiatique rappellent plus le mammouth par des lames plus droites
5) Le crâne de l'espèce asiatique est scindé en deux "bosses"
6) Enfin l'éléphant d'Afrique est un tiers plus gros que l'espèce asiatique


l'éléphant d'Asie     : Elephas maximus

Petits rappels sur les éléphants actuels :

Les deux espèces de Proboscidiens actuels, citées plus haut, appartiennent aux Mammifères, c'est à dire à des animaux, ayant les caractéristiques suivantes : maintient de la chaleur interne, allaitement des petits, à croissance finie, possédant des poils, une dentition dite hétérodonte (dents ayant différentes fonctions).

Leur mode de reproduction est dite Placentaire, le petit naît déjà formé.

Ci-dessous un résumé de leur classification :

 

Classe Mammifères
Ordre Proboscidiens
Sous-Ordre Elephantidae et Mammuthidae
Famille Très nombreuses et variées

 

Durant leur évolution de très nombreuses formes et familles ont vu le jour, et s'éteignant dans la grande valse des espèces.

On connaît d'étranges formes ayant des Incisives en formes de pelles (Platybelodon, Ambelodon), des défenses courbes vers le sol (Deinotherium), des formes naines (Mammouths des îles Liakhov en Sibérie Elephas falconeri de Sicile), des formes géantes (Mammouths).

Les premiers Proboscidiens ne possédaient pas encore cet organe d'une extraordinaire sensibilité : la trompe.

Elle n'est apparue qu'assez récemment dans l'histoire des Proboscidiens, lorsque le crâne se raccourci dégageant un espace suffisant pour y ancrer une trompe, cela se produit il y a une dizaine de millions d'années.

Cependant certains devaient avoir une ébauche de trompe, tout au moins ce sont les représentations qui nous le laissent le suggérer.

Mais avant tout ces représentation sont des vues d'artistes, ne s'appuyant pas toujours sur des faits avérés, ou sur des informations déjà mal interprétés, sur ce point il nous faut observer un esprit critique.

Au même rang que la trompe les défenses, sont une évolution des incisives inférieures, parfois également supérieurs (Tetralophodon, Gomphotherium) qui possédaient eux quatre défenses, mais la grande majorité n'avaient que deux défenses inférieures.

La dentition à elle par contre beaucoup évoluée en même temps que l'animal changeait son mode de vie, à moins que cela ne soit l'inverse.

Les premières dents étaient Bunodontes (en formes de petites colline), elles évoluèrent vers les formes Lophodontes (crêtes parallèles, modèles des dents actuelles d'éléphants).

Ce changement dans la dentition s'effectue en même que l'évolution du régime alimentaire.

Les premières dents sont dites Brachyodontes (de Brachyus : court) dont l'usure est peu importante, l'alimentation était principalement composée de feuilles tendres, donc usante peu la dent.

Au Miocène une évolution végétale, l'apparition de l'herbe, riche en silice (très dure, donc usante), va obliger une évolution dans le sens de la hauteur.

Les dents sont dites Hypsodontes (Hypsos : haut), cette augmentation est salutaire aux Proboscidiens, sans dents l'alimentation est impossible, l'animal meurt donc de faim.

En même temps que se produisent ces évolutions, une autre caractéristique entre en ligne de compte, l'accroissement de taille.

Bien qu'il s'agisse d'une loi édictée par le célèbre paléontologiste Cope au 19ème siècle, à partir de l'étude des Dinosauriens de l'Amérique du Nord, elle s'applique, pratiquement à l'ensemble du monde vivant (quelques exceptions existent), mais dans la grande majorité elle est respectée, c'est le cas des éléphants fossiles et actuels.

Cette loi est particulièrement bien visible sur les éléphants, puisque entre Phosphatherium et un éléphant d'Afrique actuel, on obtient un ratio d'environ 1 pour 460, soit un Phosphatherium de 15 kilos pour un éléphant d'Afrique de 7 tonnes à l'âge adulte.

Plus tard dans l'évolution des éléphants, on pourra particulièrement bien mesurer l'évolution de la dentition sur les Mammouths, il s'agit d'une autre histoire, que l'on abordera plus tard.