Striatolamia macrota (AGASSIZ, 1838)
Yprésien dans le Bassin Parisien - (France)

 

C'est l'espèce la plus abondante, aussi bien à l'Yprésien qu'au Lutétien inférieur dans l'ensemble du bassin parisien, belge, environ 75 a 80 % du volume totale des dents de grande taille.

Sa répartition est ubiquiste au niveau mondial durant l'éocène, allant de l'Yprésien au Bartonien ce qui en fait un très mauvais marqueur stratigraphique.

Initialement incluse dans la famille des Odontaspsidae, (SIVERSON, 1992) la replace dans la famille des Mitsukurinidae, voir CAPPETTA & NOLF, 2005 (lien direct vers la publication).

Dent caractérisée comme l'espèce Striatolamia striata (WINKLER, 1874) du Thanétien par de nombreuses positions, longue et fine avec racine peu écartée pour les dents inférieures, et racines plus écartées pour les dents supérieures et dents plus massives pour ces dernières.

On notera la présence sur la face interne d'une striation allant de la base de la dent jusqu'à l'apex, surtout chez les jeunes individus, cette striation à tendance à disparaître sur les dents des adultes.

Les denticules latéraux ont des formes variable suivant la position sur la mâchoire, petites pointes sur les dents inférieures, et triangulaire sur les dents supérieures, jamais double, parfois aplanis sur les dents latérales postérieures.

Grande variabilité des dents suivant la position, les tranchants de la cupside principale sont bien net et marqué, les dents inférieures ont une forme d'aiguille, traduisant l'alimentation de ce requin comme ayant une nette tendance à être piscivore.

La racine comporte un net sillon nutritif sur la face interne, format un trait, ayant tendance lorsqu'il y a usure de la racine à subsister sous forme d'un petit trou.