accueil.gif (2018 octets)

 

Site de Mont de Magny à Gisors  -  (Eure  -  France)

 


Cliquer sur l'image pour plus de détails

 

Parution début janvier 2014 d'un ouvrage signé
Didier COTTIN sur les sites fossilifères du Mont de Magny  -  Brochure en PDF

 

Ce gisement était situé sur la commune de Gisors, hameau du Boisgeloup, zone du Mont de Magny (département de l'Eure en Normandie - France).

Il date du Cuisien (58 Millions d'années) pour la plus ancienne et surtout connu pour sa couche du Lutétien inférieur (52 Millions d'années).

Les fossiles que l'on peut récolter sont très nombreux, mais ce qui lui a valu d'être connu dans tous le Bassin Parisien, est due à sa faune malacologique très riche et dont certains spécimens sont très recherchés par les amateurs de coquilles : Hippocrenes et Gisortia en particulier, qui porte le nom de la ville de Gisors.

On y récoltait également beaucoup de restes dentaires d'élasmobranches (sélaciens et batoïdes) ainsi que des restes de Poissons actinoptérygiens (dents et otolithes), et de manière très occasionnels nous y avons trouvés une vertèbre d'un serpent (identification par Jean-Claude Rage en 2002) et de dents isolées de Crocodiliens.

Janvier 2013 - Désormais, cette carrière n'est plus exploitée depuis de nombreuses années, et elle est en grande partie comblée et désormais utilisée comme aire de jeux (Airsoft).

Liste faunique (pas d'ordre précis, liste non exhaustive) :

Gastéropodes :

Gastéropodes de Gisors

Haustator, Natica, Xenophora, Hipponix, Murex, Cassis, Cypraea, Torinia, Bayania, Ancilla, Velates, Athleta, Clavelithes maximus, , Hippocrenes baylei, Gisortia (très rare), Vicetia (un fragment), Athleta, Volutocorbis,  Mitra, Syscostoma, Conus, Orthochetus leufroyi, Mitra, Mesalia, Pleurotoma,  Cylichna, Velates perversa, etc...

Subepona brackleshamensis (SCHILDER, 1929)

Pacaud (J.-M.), 2018 - Présence à l’Éocène moyen du bassin de Paris de Subepona brackleshamensis (Schilder, 1829) (Mollusca : Cypraeoidea), espèce décrite de l’Éocène d’Angleterre. Folia Conchyliologica,
t. 46, p. 5-12 (publié le 5 octobre)

Céphalopodes :

Céphalopodes de Gisors

(Aturia ?), Belosepia, Beloptera, Belosepiella parisienis

Bivalves :

Bivalves de Gisors


Venericor planicosta (très abondantes), Corbula, Meretrix, Cardium, Solen, Spondylus, Ostrea, Phacoïdes, Chlamys, Nucula, Axiena, Chama, Crassatella, etc...

Coraux :

Coraux de Gisors et Coraux solitaire du Lutétien (hors Gisors) et Coraux coloniaux

Eupsammia trochiformis, Sphenotrochus crispus, Turbinolia sulcata, Goniopora cf. websteri, Circophylia truncata, Dilphelia solanderi

Divers :

Fossiles divers de Gisors

Bryozoaires, Foraminifères, Crustacés (grosses pinces), Scalpellum, Dentallium, échinodermes, stelleridae (assules d'étoiles de mer)

Vertébrés marins:

Sélaciens :

Brachycarcharias lerichei, Otodus auriculatus, Nebrius thilensi, Heterodontus vincenti, Physogaleus secundus, Galeocerdo latidens, Striatolamia macrota, Parotodus pavlovi, Isurolamna affinis

Batoïdes :

Pristis lathami, Aetobatis, Myliobatis, Burnhamia daviesi

Actinoptérygiens :

Pycnodus toliapicus, Eotrigonodon serratus, Albula oweni, Phyllodus toliapicus, Otolithes  (plusieurs espèces), fragment de rostre de Xiphiidae
 

Vertébrés continentaux :
 

Reptiles :

Paleophis typhaeus : (Ophidien = Serpent)

Une vertèbre découverte par un ami (Pascal) ci-dessous en Juillet 2000.

Elle a été déterminée par Jean-Claude Rage (1943 - 2018) et publication en sa mémoire du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, selon ce dernier il s'agit de la première occurrence de cette espèce dans le Lutétien de France.

Ci-dessous quelques prises de vue de ce spécimen.

Longueur : 21 mm pour une hauteur : 15 mm

paleophis1_gisors.gif (19679 octets) paleophis2_gisors.gif (18403 octets) paleophis3_gisors.gif (14676 octets) paleophis4_gisors.gif (16720 octets)
Vue de côté Vue de côté Vue du cotyle Vue du condyle


A noter que l'auteur de ce site Internet à trouvé récemment (Juin 2021) une vertèbre d'ophidien sur un autre gisement du Vexin, voir photo ci-dessous, elle semble différente de la vertèbre figuré ci-dessus.

Ce dernier spécimen est également plus usé, mais complet. Je remercie Salvador BAILLON qui m'a proposé l'identification suivante :

La vertèbre est très endommagée (roulée par transport dans l'eau je pense), malgré cela, elle montre les caractères d'une vertèbre
appartenant à un serpent marin (vertèbre allongée et comprimée latéralement) donc Palaeophis (ptérapophyses apparemment peu développées) semble être le genre le plus proche.